John Howard Society of Sudbury
Skyview of a large body of water next to a town

Accueil

mai 2024 !!

Mois du patrimoine asiatique – mai

Mai est le mois du patrimoine asiatique au Canada, une occasion pour la population canadienne de réfléchir et d’en apprendre davantage sur les nombreuses réalisations et contributions que les Canadiens et Canadiennes d’origine asiatique ont apportées et continuent d’apporter au pays. Bien que ce soit célébré ici depuis les années 1990, ce n’est qu’en 2002 que le gouvernement du Canada a signé une déclaration officielle pour déclarer le mois de mai comme étant le Mois du patrimoine asiatique.

La population

Selon le recensement de 2021, 7 013 835 personnes au Canada ont déclaré avoir des origines asiatiques, ce qui représente 19,3 % de la population.

La population canadienne d’origine asiatique est importante et diversifiée. En 2021, les Sud-Asiatiques (7,1 %) et les Chinois (4,7 %) représentaient ensemble plus d’un dixième de la population totale du Canada, tandis que les Philippins (2,6 %), les Asiatiques du Sud-Est (1,1 %), les Asiatiques de l’Ouest (1,0 %), les Coréens (0,6 %) et les Japonais (0,3 %) représentaient 5,6 % de la population totale du pays.

La population de chaque groupe a continué d’augmenter à chaque recensement. Les populations sud-asiatiques (+647 000 personnes) et philippines (+177 000) ont connu les plus fortes augmentations de 2016 à 2021, tandis que la population japonaise (+6 000) a affiché la plus faible croissance au cours de cette même période.

Selon les projections les plus récentes, ces populations continueront de croître. En 2041, le groupe des Sud-Asiatiques pourrait dépasser les 5 millions de personnes, celui des Chinois les 3 millions et celui des Philippins les 2 millions.

Le mois de mai est le Mois du patrimoine asiatique, honorant la vie et la contribution des personnes d’origine asiatique au Canada. Cela inclut tous ceux qui ont immigré d’Asie orientale, d’Asie du Sud, d’Asie occidentale, d’Asie centrale et du Sud-Est.

Les Canadiens d’ascendance asiatique et sud-asiatique sont fiers d’appartenir au mouvement syndical, y compris des dirigeants et des membres au sein de nombreux syndicats différents. Des millions de Canadiens d’origine asiatique ont choisi le Canada comme pays d’adoption, y construisant leur vie, y élevant une famille et contribuant à leur communauté, à leur syndicat et à la croissance du pays. Chaque année, des milliers d’autres choisissent de venir s’établir au Canada.

Les membres de cette communauté diversifiée, dynamique et en pleine croissance ont contribué à chacun des aspects de la vie au Canada. Lors du Mois du patrimoine asiatique, nous célébrons toute la population canadienne d’origine asiatique.

Dans les nouvelles

Le Nord-Est de l’Ontario se dote de son premier tribunal des peuples autochtones 

CBC par ahnationtalk le 3 mai 2024 02 mai 2024

L’objectif est de remédier à la surreprésentation des Premières Nations dans les établissements correctionnels. Une salle d’audience de la Cour de justice de l’Ontario à Sudbury était pleine à craquer jeudi pour la cérémonie d’ouverture du premier tribunal des peuples autochtones de la région. Des avocats, des juges, des membres des Premières Nations et du public ont tous participé à l’événement, marquant le début d’un tribunal qui offrira des services juridiques, culturels et sociaux spécialisés aux délinquants autochtones. L’agent de liaison autochtone de la prison de Sudbury, Keith Chapman, défend cette initiative depuis près d’une décennie. « Chaque jour, je constate la nécessité de ce tribunal », a-t-il déclaré. « C’était une mission de faire en sorte que ces personnes soient correctement représentées. »

Lire la suite : https://www.cbc.ca/news/canada/sudbury/incarceration-rate-first-nations-sudbury-metis-1.7192652

 

Kent Roach : Le problème des condamnations injustifiées au Canada ne reçoit pas l’attention qu’il mérite

Ce qui suit est un extrait de Wrongfully Convicted: Guilty Pleas, Imagined Crimes and What Canada Must Do To Safeguard Justice (Simon et Schuster, 2023). Depuis ma première année d’enseignement du droit pénal en 1989, j’ai utilisé une étude de cas sur la façon dont Donald Marshall Jr. a été reconnu coupable à tort de meurtre en 1971. L’étude de cas a remplacé l’étude de cas précédente de mon collègue Marty Friedland sur Steven Truscott, qui a été condamné à décès en 1959 alors qu’il avait quatorze ans. Truscott a finalement été acquitté avec l’aide de la fille de Friedland en 2007 du meurtre toujours non résolu d’un camarade de classe. Marty et moi voulions que nos étudiants étudient les faux crimes ainsi que les vrais crimes. Ils doivent savoir que les « faits » présentés dans les jugements des cours d’appel qu’ils lisent sont contestés. Parfois, ces faits ne sont pas vrais.

Dans les affaires Marshall et Truscott, qui a fait ça ? des meurtres qui ont condamné la mauvaise personne. De nombreuses personnes continuent d’associer les condamnations injustifiées exclusivement au mystère des « condamnations injustifiées d’une mauvaise personne ». Ces convictions sont un élément essentiel des vrais romans et films policiers. Mais les condamnations injustifiées ne sont pas un divertissement. Ils parlent d’erreurs humaines et de souffrances humaines. Ces types de condamnations injustifiées se produisent encore, mais nous connaissons désormais d’autres types de condamnations injustifiées, encore plus insidieux.

Faux plaidoyers de culpabilité

La grande majorité des quinze condamnations injustifiées corrigées au Canada concernaient des femmes, des personnes autochtones ou d’autres personnes racialisées, ainsi que des personnes souffrant de difficultés cognitives. Leurs histoires doivent être comprises pour garantir que nous ne reprochions pas aux victimes d’avoir fait des choix compréhensibles. Les Canadiens doivent comprendre la dure vérité : parfois, un faux plaidoyer de culpabilité pour accepter une réduction de peine est parfois une décision tout à fait rationnelle.

Crimes imaginés

Dans certains cas, des personnes plaident coupables ou sont reconnues coupables après un procès même s’il n’y a pas eu de crime. En d’autres termes, ils sont reconnus coupables de faux crimes imaginés par la police, les procureurs, les témoins experts, les juges et les jurys. De tels crimes imaginaires constituent vingt-huit des quatre-vingt-trois condamnations injustifiées actuellement inscrites au Registre canadien des condamnations injustifiées. Dans sept de ces cas, les victimes des soupçons infondés du système judiciaire étaient autochtones. Il s’agit notamment de deux hommes autochtones et d’une femme autochtone qui ont été reconnus coupables à tort du meurtre de jeunes enfants dont ils avaient la garde lorsque ces enfants sont décédés pour des causes indéterminées ou par accident. Le stéréotype raciste selon lequel les Autochtones sont de mauvais parents enclins à la violence est malheureusement aussi vieux et pernicieux que les pensionnats.

Pour en savoir plus sur cette question, suivez :
Canada’s wrongful conviction problem isn’t getting the attention it deserves – The Hub

 

La John Howard Society croit en des réponses efficaces, justes et compatissantes au crime et à ses causes.  Nous nous dévouons à créer des communautés plus sécuritaires en développant un système de justice pénale plus efficace.  La John Howard Society aide les gens à réintégrer la communauté, réduisant ainsi la sensation d’aliénation, le crime et la récidive.

Notre mission est primordiale.  Nous travaillons à créer un système de justice pénale efficace – un système qui nous sert tous, qui affronte le crime et ses causes, et qui promouvoit la sécurité dans nos communautés.  Bref, nous aidons les gens à s’éloigner d’un style de vie voué au crime.  N’est-ce pas ce que nous voulons tous?

Dans la pratique, nous enrayons le crime maintenant (STOP Crime Now!TM) par les multiples programmes et services que nous offrons à la communauté.  Vous pouvez nous aider à enrayer le crime (STOP Crime Now!TM) par vos dons à la John Howard Society of Sudbury.  Tout appui pécuniaire sert directement à fournir nos programmes et nos services à Sudbury et à North Bay.  STOP Crime Now!TM est une marque déposée de la John Howard Society of Sudbury.

Nous sommes fiers de commémorer, chaque année, la Journée de la Justice pour les prisonniers.  Ce jour-là, nous nous rappelons la violence qui existe toujours dans le système carcéral; nous nous souvenons aussi des hommes et des femmes qui ont été victimes de cette même violence.  La prochaine commémoration aura lieu le vendredi 9 août 2024 à 10 h devant la Prison de Sudbury.  Pour de plus amples renseignements, consultez la page Web « Journée de la Justice pour les prisonniers » .

(NOUVEAU!) La Société John Howard aide les personnes ayant un casier judiciaire à demander une suspension du casier, anciennement appelée pardon.  C’est un processus long qui peut prendre jusqu’à deux ans.  Si vous souhaitez obtenir de plus amples renseignements, communiquez avec la Société John Howard dès que possible.

Nous sommes reconnaissants envers nos investisseurs, dont suit le nom de certains.  Étant donné que la grande majorité des Canadiens et des Canadiennes font volontairement des dons à des organismes caritatifs, mais n’inscrivent pas ces dons à leur déclaration de revenus aux fins d’impôt, nous vous conseillons de consulter le site qui suit, afin de réaliser tous les avantages que peuvent vous rapporter ces dons.   Vos dons sont importants!  Ne nous oubliez pas, s’il vous plaît.

Pour calculer l’avantage fiscal des dons, consultez www.canadahelps.org.taxtime et cliquez ensuite sur Français.

Pour obtenir des renseignements en français au sujet de nos programmes et de nos services, joignez la John Howard Society of Sudbury en consultant les références à la page « Nous joindre » de notre site Web.  La John Howard Society est un organisme inclusif au service de tous les membres de notre communauté.  Nous avons affiché le drapeau de progrès de la Fierté sur notre site Web comme un symbole que tout le monde est invité à entrer dans notre agence pour le service.

Vianet épaule avec fierté la John Howard Society et le bon travail que nous accomplissons dans tout l’Ontario, afin d’assurer des réponses efficaces, justes et humanitaires au crime et à ses causes.  Vianet appuie et aide à créer des communautés plus sécuritaires en enrayant le crime maintenant avec la John Howard Society –STOP Crime Now!TM

Le titre des programmes et des services qui sont disponibles en français est suivi d’un (F).

Nous sommes maintenant à Instagram; suivez-nous à johnhowardsudbury ou #jhssudbury

Juin est le Mois national de l’histoire autochtone.  Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page Événements.

       

            images[5]

         images[3]