À propos de la SJH de l’Ontario

Qui nous sommes

La SJH de l’Ontario est un organisme à but non lucratif composé de 19 bureaux locaux qui se dévouent à trouver des réponses efficaces, justes et humaines à la criminalité et à ses causes.

Depuis plus de 90 ans, nous œuvrons pour conserver l’aspect humanitaire de la justice. Nous continuons aujourd’hui d’améliorer la sécurité en Ontario en soutenant sa population et ses communautés mal servies par le système de justice pénal. Nos bureaux locaux, situés dans l’ensemble de la province, offrent plus de 80 programmes et services fondés sur des données probantes et axés sur la prévention, l’intervention et la réinsertion sociale. Ils visent à aider les jeunes à acquérir les aptitudes à la vie quotidienne qui leur permettront de réaliser leur plein potentiel, à aider les familles à aborder les enjeux en matière de justice pénale et à offrir de la formation professionnelle aux personnes mises en liberté afin qu’elles puissent se réinsérer dans la société.

Nous promouvons des politiques justes et concrètes tout en sensibilisant la population aux causes premières de la criminalité et en demandant aux Ontariens de prendre part aux efforts visant à y remédier. Nous prônons le traitement équitable de chaque personne au sein du système lui-même.

Notre travail se répercute, chaque année, sur la vie de plus de 100 000 Ontariens.

Ce que nous faisons

Nous encourageons l’adoption de réformes législatives humanitaires et concrètes.

Nous construisons des ponts entre les personnes qui quittent le milieu carcéral et leur communauté afin de les aider à mener des vies plus productives.

Nous plaidons en faveur d’un juste traitement pour toutes les personnes incarcérées conformément aux normes internationales touchant les droits de l’homme. 

Nous sensibilisons la population aux causes premières de la criminalité et nous demandons aux Ontariens de prendre part aux efforts visant à y remédier.

Nous mettons au point des politiques, des programmes et des ressources pédagogiques par l’entremise de notre Centre of Research & Policy.

Les faits historiques

Nos racines remontent aux cours que nous enseignait John Howard, précurseur en matière de réforme pénitentiaire, à la Prison Don, établissement carcéral de Toronto, à la fin du XIXe siècle.

Notre organisation fondée en 1929 par le brigadier-général Dennis Draper, alors chef de police de Toronto, a reconnu que ses efforts étaient vains lorsque, dès leur sortie, les prisonniers faisaient face au chômage, à l’isolement et à la pauvreté. Depuis qu’elle a obtenu le statut d’œuvre de bienfaisance en 1967, notre organisation s’efforce de garder l’aspect humanitaire au cœur de la justice.

  • John Howard Society Brand Locations and Year of Formation prior to 1959
  • “Freedom, Now the Punishment Starts” a JHSO Poster Campaign during the late 1950’s and early 1960’s
  • The cover of an information pamphlet for inmates being released
  • The cover of an information pamphlet for inmates being released
  • A cover of an information pamphlet for inmates being released
  • John Howard depicted visiting a prison
  • The cover of an information pamphlet for inmates being released – The importance of post-release employment has been long recognized by JHSO
  • JHS Kingston present at United Way Job Fair
  • JHS Kingston present at United Way Job Fair
  • A John Howard Society Kingston Job Fair, April 1958
  • John Howard Society of Kingston Job Fair, April 1958
  • Early prison labour in Kingston, Ontario, a National Film Board photograph
  • Inmate movement at Kingston Penitentiary, a National Film Board photograph
  • Bill McCabe, Executive Director of Kingston at the gates of Kingston Penitentiary
  • Institutional Services worker (Bill McCabe) at the Kingston Penitentiary
  • An Institutional Services worker counselling an inmate
  • Don Irwin, supervisor of JHS Toronto
  • Inside a prison classroom
  • Inside a prison classroom
  • A Client visiting the John Howard Society of Ontario office at Isabella Street, Toronto, Ontario – The “United Way” was formerly known as the “United Appeal”
  • A John Howard Society of Ontario location at 168 Isabella Street, Toronto, Ontario, May 1976
  • Allan Grossman, unknown individual, AM Kirkpatrick
  • Tom Dykstra, JHS Toronto and Gordon McFarlane, Executive Director of JHS Ontario
  • Barry Clark (Supervisor COPS Program Waterloo), Bill Sparks (JHSO Executive Director), Bruce Lackenbauer (JHS Waterloo Board President), Ken Keyes (Ontario Solicitor General)
  • “Don’t Kill for Me” a JHSO postcard campaign during the last death penalty debate in 1986/87
  • Poster Campaign 1977 – The scars and collateral harms from prison can be longstanding