Société John Howard de Belleville

À propos de la SJH

Notre mandat

« Des réponses efficaces, justes et humaines à la criminalité et à ses causes. »

Notre histoire

John Howard, un Anglais du 18e siècle, fut capturé par les Français alors qu’il naviguait de l’Angleterre vers l’Espagne. Il passa alors cinq ans dans les donjons français avant de rentrer au pays grâce à un échange de prisonniers. Il fut éventuellement nommé shérif de Bedford, une fonction qui consistait notamment à inspecter les prisons locales. Peu de shérifs prirent la peine de s’acquitter de cette tâche, mais John Howard se distinguait du lot. Choqué par la corruption des prisons, les odeurs infectes, la saleté, la faim et la maladie qu’il observa dans les prisons, il consacra sa vie à améliorer les conditions d’emprisonnement en Angleterre, au pays de Galles et en Europe continentale. Son célèbre rapport intitulé De l’état des prisons en Angleterre et au pays de Galles entraîna l’adoption de lois destinées à lutter contre les maux aberrants du système, et mobilisa graduellement l’opinion publique en faveur de conditions carcérales plus humaines.

De nombreuses organisations à travers le monde empruntent le nom de John Howard. La plupart d’entre elles sont associées à la réforme ou aux services correctionnels et visent à aider les délinquants à engendrer des changements positifs dans leur vie. En dépit du fait que ces organisations établies hors du Canada ne sont pas officiellement associées, elles partagent un même objectif et une même philosophie, à l’image de la vie et du travail de John Howard.

En Ontario, les origines de la Société John Howard remontent aux cours de religion enseignés à la prison Don de Toronto, vers la fin des années 1800. L’organisation adopta une structure plus formelle en 1929, année de sa fondation par le brigadier-général Draper, chef de la police de Toronto. Draper reconnut la futilité d’une grande part du travail effectué par la police, à tenter de résoudre des crimes et à appréhender les délinquants, alors que les détenus libérés de prison se voyaient confrontés au chômage, à l’isolement et à la pauvreté, ce qui avait pour conséquence d’augmenter les chances de récidive plutôt que de les réduire.

Conseil d’administration


Ryan Laliberte
Président
Stephanie Bennett
Secrétaire et trésorière
Amy Mullin

Kyle Perry

Jodie Jenkins

Mark McFaul

**La SJH de Belleville nommera plus de membres au Conseil d’administration en septembre

Le personnel


Debbie Woods
Directrice générale

Diana Gregory
Courtney Roebuck
Will Manos
Amie Lewis
Wendy Swoffer
Donna Robinson
Renee McWilliam

Lien au CRA/ T3010

Consultez notre désignation d’organisme de bienfaisance CRA/T3010